texte-personnalisé

id-Nogaro2015

  M E D I A G E R S

 

rss Gers2015 page de garde

 

 

 

LOGO jpeg

Tous les thèmes et les livres choisis par le club

  • Imprimer
  • E-mail

 

NOGclub

Partage, échange, découverte, convivialité, simplicité, écoute... voici les mots qui définissent nos rencontres mensuelles du "club de lecture", le vendredi à 16h30 à la bibliothèque. Ci-dessous, des idées de lecture à piocher sans modération !

 

SEANCE DU 28 FEVRIER : LES LECTURES QUI NOUS ONT MARQUES PENDANT L’ENFANCE / L’ADOLESCENCE

Nogaclub

 

Fifi Brindacier, Astrid Lindgren, hachette

Avec ses yeux vifs et ses tresses, on pourrait croire que Fifi Brindacier est une petite fille comme les autres. Et pourtant... D'abord, Fifi vit toute seule dans une grande maison avec un poney et un singe. Ensuite, pour une petite fille, elle est douée d'une force...incroyable! Avec cela, un cœur d'or et une fantaisie sans limite. Pour ses camarades, elle est toujours prête à se dévouer ou à inventer des jeux extraordinaires. Plein d’humour et vivifiant, c’est un vrai coup de cœur d’enfance !

Le Vieil homme et la mer, Ernest Hemingway, Gallimard

A Cuba, voilà quatre-vingt-quatre jours que le vieux Santiago rentre bredouille de la pêche, ses filets désespérément vides. La chance l'a déserté depuis longtemps. A l'aube du quatre-vingt-cinquième jour, son jeune ami Manolin lui fournit deux belles sardines fraîches pour appâter le poisson, et lui souhaite bonne chance en le regardant s'éloigner à bord de son petit bateau. Aujourd'hui, Santiago sent que la fortune lui revient. Et en effet, un poisson vient mordre à l'hameçon. C'est un marlin magnifique et gigantesque. Débute alors le plus âpre des duels. Combat de l'homme et de la nature, roman du courage et de l'espoir, ce roman sublime a laissé une grande impression à notre lectrice.

L’île au trésor, Robert Louis Stevenson, Flammarion

Jim Hawkins, jeune garçon courageux, s'embarque sur un navire à la recherche d'un trésor enfoui sur une île déserte. Ses compagnons de bord sont d'inquiétants pirates, dont un certain Long John Silver doté d'une jambe de bois. Une aventure incroyable qui va le conduire sur une île brûlée par le soleil, théâtre d'affrontements sans merci... C’est le roman d’aventures par excellence, qui a passionné notre lectrice lorsqu’elle était petite !

Thérèse Desqueyroux, François Mauriac, LGF

Pour éviter le scandale et protéger les intérêts de leur fille, Bernard Desqueyroux, que sa femme Thérèse a tenté d'empoisonner, dépose de telle sorte qu'elle bénéficie d'un non-lieu. Enfermée dans sa chambre, Thérèse tombe dans une prostration si complète que son mari, effrayé, ne sait plus quelle décision prendre. Doit-il lui rendre sa liberté ? L’auteur donne une analyse très fine des êtres sen souffrance ; de plus, les descriptions des paysages sont superbes. C’est un roman qui n’a pas vieilli, d’après la lectrice.

Le Comte de Monte-Cristo, Alexandre Dumas, Pocket

1815. Louis XVIII rétabli sur le trône se heurte à une opposition dont l'Empereur, relégué à l'île d'Elbe, songe déjà à profiter. Dans Marseille livrée à la discorde civile, le moment est propice aux règlements de comptes politiques ou privés. C'est ainsi que le marin Edmond Dantès, à la veille de son mariage, se retrouve, sans savoir pourquoi, arrêté et conduit au château d'If... Conteur éblouissant, aussi à l'aise dans l'action que dans le dialogue, Dumas nous entraîne sans nous laisser reprendre souffle du cabinet de Louis XVIII à la Méditerranée des contrebandiers, des îles toscanes aux catacombes de Rome, puis aux salons parisiens où le mystérieux comte de Monte-Cristo se dispose à accomplir sa vengeance... Un roman relu avec grand plaisir.

Le Père Goriot, Honoré de balzac, Gallimard

Rastignac est un jeune provincial qui cherche à s'insérer dans la société parisienne. Il lui manque les manières et l'argent. Pour parvenir, il côtoie les femmes du monde, mais reste attaché à son voisin de la pension Vauquer, le père Goriot, vieillard malheureux abandonné de ses filles. Vautrin, forçat évadé, Marsay, politicien ambitieux, et Rubempré, écrivain talentueux, sont animés du même désir de pouvoir. Ils apprennent, chacun à leur manière, les complicités et les alliances indispensables dans une société gouvernée par les intérêts. Une des premières découvertes du roman français pour notre lecteur d’origine britannique, à 15 ans !

L’amour fou, André Breton, Gallimard

" Je vous souhaite d'être follement aimée. " Un des textes fondamentaux du surréalisme. Le hasard et le désir, la vie et le rêve, le monde et l'homme entretiennent ici une mystérieuse correspondance de tous les instants. L’auteur narre la façon dont il a rencontré sa future femme et qui lui a donné ensuite une petite fille du nom d'Aube. Un roman qui a ouvert une multitude de « portes » au lecteur.

 

La Farce de Maître Pathelin, anonyme et David Prudhomme, Actes Sud

Maître Pathelin, à court d'argent, use de ruse et d'hypocrisie pour tromper un marchand drapier pourtant méfiant. Il s'ensuit un mémorable procès ! David Prudhomme signe une adaptation pleine de verve et de saveur de la célèbre farce écrite vers 1470 (sans mention d'auteur), qui reste l'un des joyaux du répertoire théâtral français - d'où provient la fameuse réplique "Revenons à nos moutons".

 

 

___________________________________________________________

Vendredi 20 décembre 2019 : le chat dans tous ses états !

Mon chat Yugoslavia, Pajtim Statovci, éd. Denoël

Mon chat Yugoslavia est un roman saisissant, loufoque et inoubliable, écrit par un petit génie de la littérature finlandaise âgé de vingt-quatre ans, qui nous emporte des contrées kosovares aux rues d'Helsinki avec une voix à nulle autre pareille. Bekim est étudiant à Helsinki. Il a pour colocataire un boa constricteur, fait des efforts pour s'intégrer à la société dans laquelle il a grandi, tout en essayant d'assumer son homosexualité. Un jour, il rencontre un «chat» dans un bar gay qui va dominer ses nuits et son esprit. Mais c'est dans la Yougoslavie des années 1980 que le cruel destin de sa famille a commencé : Emine s'est mariée à un garçon qu'elle connaissait à peine. Lorsque la guerre éclate, la famille d'Emine décide de fuir et choisit la Finlande.

Le chat du Dalaï-lama et le pouvoir du miaou, David Michie, Leduc.s éd.

C'est décidé, le chat de Sa Sainteté le dalaï-lama veut devenir un méditant accompli et accéder enfin au pouvoir du miaou ! Il empruntera ainsi le chemin qui lui permettra de découvrir sa vraie nature et d'accéder à un profond bien-être. Il continue donc sa mission : penser moins pour arriver à vivre vraiment le moment présent. Au cours de ce voyage vers lui-même, il va devoir affronter des obstacles qui le guideront vers la paix intérieure. En accompagnant le chat dans ses aventures et ses péripéties, vous apprendrez vous aussi à ralentir et à profiter du moment présent, en harmonie avec votre vraie nature.

Demain les chats, Bernard Werber, éd.Albin Michel

Ce roman qui se lit très bien mélange le réel et le surnaturel. A Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui a au sommet de son crâne une prise USB qui lui permet de se brancher sur Internet. Les deux chats vont se rencontrer, se comprendre s’aimer alors qu’autour d’eux le monde des humains ne cesse de se compliquer. A la violence des hommes Bastet veut opposer la spiritualité des chats. Mais pour Pythagore il est peut être déjà trop tard et les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine.

Le chat du rabbin,  Joann Sfar, éd. Dargaud

Le chat du rabbin essaie de répondre à une question fondamentale : peut-on apprendre la Torah à un chat ? Le résultat est une fable qui réjouira les amateurs d'Orient, de jolies femmes et de métaphysique ! Une bande dessinée construite comme une fable philosophique.

___________________________

 

Vendredi 25 octobre : deux auteurs français : Françoise SAGAN et Sorj CHALANDON

Sorj Chalandon :

Profession du père, Grasset, 2015 

"Tu connais ton père", disait la mère d'Emile. Un jour, il était parachutiste. Le lendemain, habillé en pasteur, il obligeait son fils à s'agenouiller pour être exorcisé. Et le soir, il lui avouait à voix basse être un agent secret américain. En pleine nuit, le père d'Emile s'est réveillé rebelle. Soldat clandestin chargé d'une mission supérieure : assassiner De Gaulle. Mais pour tuer le général, il fallait être deux.  C'est comme ça qu'Emile a été enrôlé par son père dans l'organisation secrète. Alors, il était heureux, Emile. De plaire à son père, de ne plus être battu. Mais aussi, il avait terriblement peur. Parce qu'à 13 ans, c'est lourd un pistolet…   Malgré le côté sadique et violent de son père, le narrateur (le fils) parvient toujours à lui pardonner. 

Le jour d’avant, Grasset, 2017

Après quatre jours d’arrêt de la mine, à la reprise de l’activité, le 27 décembre 1974, à 6h30 du matin, un bruit sourd retentit au fond d’une galerie de la fosse 3 dite Saint-Amé du siège 19 à Liévin dans le Pas-de-Calais. C’est un quartier de Six sillons qui a été touché, situé à 50 mètres en aval du niveau -70, dans le secteur de la taille 31. Le carreau de la mine se trouve bientôt envahi par les proches en quête d’informations. Le bilan est très lourd : 42 morts. L’auteur s’empare de ce fait divers pour construire une fiction. Ce livre est vraisemblablement un hommage aux mineurs décédés lors de cet accident.

Une joie féroce, Grasset, 2019

Jeanne est une femme formidable. Tout le monde l'aime, Jeanne. Libraire, on l'apprécie parce qu'elle écoute et parle peu. Elle a peur de déranger la vie. Pudique, transparente, elle fait du bien aux autres sans rien exiger d'eux. A l'image de Matt, son mari, dont elle connaît chaque regard sans qu'il ne se soit jamais préoccupé du sien. Jeanne bien élevée, polie par l'épreuve, qui demande pardon à tous et salue jusqu'aux réverbères. Jeanne, qui a passé ses jours à s'excuser est brusquement frappée par le mal. " Il y a quelque chose », lui a dit le médecin en découvrant ses examens médicaux. Quelque chose. Pauvre mot. Stupéfaction. Et autour d'elle, tout se fane. Son mari, les autres, sa vie d'avant. En guerre contre ce qui la ronge, elle va prendre les armes. Jamais elle ne s'en serait crue capable. Elle était résignée, la voilà résistante. C'est un roman de femmes, une histoire de maladie, de combat, d'amour, de loyauté, de soutien ! Passionnant !

****

Françoise Sagan :

Bonjour tristesse, Julliard, première publication 1954

Cécile, lycéenne parisienne qui vient de rater son baccalauréat, passe l’été de ses dix-sept ans dans une belle villa de la Côte d’Azur avec son père Raymond et la maîtresse de ce dernier, Elsa. Cécile et son père, qui ont une relation fusionnelle, veulent faire du plaisir un programme et du bon temps un mot d'ordre en profitant du soleil, des joies de la baignade et de la lecture et des sorties. Pour nos lecteurs, cette œuvre ayant été contemporaine à leur jeunesse, la relire maintenant leur a paru « bizarre », ils n’en avaient plus le même souvenir et ne la perçoivent plus comme avant. Elle est maintenant presque « dépassée ». C’est un roman qui à son époque fit scandale et l’on y voit aussi la grande maturité dont faisait preuve Sagan alors qu’elle n’était âgée que de 18 ans. Une auteure en avance sur son âge et sur son temps.

 

Les faux-fuyants, Julliard, 1991

Des amis parisiens sur une route de campagne, une voiture qui flanche pour cause de tirs de la part des Allemands (cela ce passe pendant la deuxième Guerre Mondiale). Un paysan bien de chez nous passe par là et ramène les parigots à la ferme. Imaginez le choc culturel entre des snobs fréquentant le beau monde de Paris et des paysans sortis  d'un autre siècle ! Nos lecteurs ont trouvé ce roman fort divertissant et drôle, c’était comme une cure d’optimisme doublée d’une écriture remarquable. Un coup de cœur ; une  comédie, irrésistible de verve brillante et de gaieté.

 

 Mercredi 26 juin : les auteur.e.s anglais.e.s

La Libraire, Penelope Fitzgerald, édition La Table ronde

Rien ne semble troubler la paix de Hardborough, aimable petite ville de l'East Anglia. Mais Florence Green, une jeune veuve, se met bientôt les notables à dos en décidant d'y ouvrir une librairie. Florence voulait créer innocemment un lieu de sociabilité inédit ; elle découvre l'enfer feutré des médisances. Puis l'ostracisme féroce d'une partie de la population. Surtout lorsqu'elle s'avise de mettre en vente Lolita, le sulfureux roman de Nabokov. Alors, la guerre est déclarée, les clans s'affrontent, les personnages révèlent leur acrimonie. Florence sera très seule pour faire face au conformisme ambiant. Le roman a été adapté au cinéma en 2017.

Testament à l’anglaise, Jonathan Coe, édition Gallimard

Michael Owen, un jeune homme dépressif et agoraphobe, a été chargé par la vieille Tabitha Winshaw d'écrire la chronique de cette illustre famille. Cette dynastie se taille en effet la part du lion dans tous les domaines de la vie publique de l'Angleterre des années quatre-vingt, profitant sans vergogne de ses attributions et de ses relations... Et si la tante Tabitha disait vrai ? Si les tragédies familiales jamais élucidées étaient en fait des crimes maquillés ? Par une nuit d'orage, alors que tous sont réunis au vieux manoir de Winshaw Towers, la vérité éclatera... Un véritable tour de force littéraire, à la fois roman policier et cinglante satire politique de l'establishment. Absolument passionnant !

L’amant de Lady Chatterley, D. H. Lawrence, édition Le livre de poche

La forêt du roman, où vit Mellors, le garde-chasse, représente le dernier espace de sauvagerie et de liberté ; lady Chatterley l'y retrouve et s'y retrouve, tout en voyant basculer son univers habituel. Ce roman poétique doit être lu comme un mélange de voyage initiatique, de descente aux enfers, comme une grande lamentation sur l'état de l'Angleterre, aux échos bibliques. L'intrigue amoureuse séduit à une première lecture ; mais le roman a une valeur historique et symbolique. Le lecteur a été vraiment « pris » dans cette lecture.

Miniaturiste, Jessie Burton, édition Gallimard

Nella Oortman n'a que dix-huit ans lorsqu’elle elle quitte son petit village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d'âge mûr, il est l'un des marchands les plus en vue de la ville. Il vit dans une opulente demeure au bord du canal, entouré de ses serviteurs et de sa sœur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. Johannes offre à son épouse une maison de poupée, représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d'animer grâce aux talents d'un miniaturiste. Les fascinantes créations de l'artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères de la maison des Brandt, faisant tomber les masques de ceux qui l'habitent et mettant au jour de dangereux secrets. S'inspirant d'une maison de poupée d'époque exposée au Rijksmuseum d'Amsterdam, Jessie Burton livre ici un premier roman qui restitue avec précision l'ambiance de la ville à la fin du XVIIe siècle. Une lecture très intéressante.

Mrs Dalloway, Virginia Woolf, édition Archipoche

Le roman, publié en 1925, raconte la journée d'une femme élégante de Londres, en mêlant impressions présentes et souvenirs, personnages surgis du passé, comme un ancien amour, ou membres de sa famille et de son entourage. Ce grand monologue intérieur exprime la difficulté de relier soi et les autres, le présent et le passé, le langage et le silence, le mouvement et l'immobilité. La qualité la plus importante du livre est d'être un roman poétique.

-----------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 15 février : les "histoires de chambre" (romans contenant le mot chambre)

La Chambre à dormir dehors de Colette

La chambre à dormir dehors, c'est ainsi que Colette nomme une partie du jardin provençal dont elle nous parle avec tendresse au début de cet ouvrage. Un ouvrage qu'on peut lire de manière "printanière".

 

A louer chambre vide pour personne seule d'Yvon Le Men

Les poèmes qui composent ce très beau recueil d’Yvon Le Men ont été écrits lors d’un séjour dans la Maison Radieuse du Corbusier. De cette expérience, le poète tire un ensemble qu’il faut absolument lire.

 

La Chambre de la Stella de Jean-Baptiste Harang

Concis et puissant à la fois, ce romans donne à lire de superbes descriptions. Dans la maison de ses grands-parents paternels, à Dun-le-Palestel, dans la Creuse, tombant par hasard sur le livret militaire de son grand-père, Jean-Baptiste Harang apprend la véritable identité de son père, alors décédé. Cette découverte tardive, qui met en cause son propre nom et lui laisse entrevoir une généalogie inconnue, bouleverse aussi le regard de l'auteur sur l'homme, qui, jusque dans la mort, choisit de dissimuler à ses enfants le mystère de sa naissance.

La Chambre des morts de Franck Thilliez

On se prend rapidement dans les filets de l'intrigue de ce polar bien noir. Imaginez… Vous roulez en pleine nuit avec votre meilleur ami, tous feux éteints. Devant vous, un champ d’éoliennes désert. Soudain le choc, d’une violence inouïe. Un corps gît près de votre véhicule. À ses côtés, un sac de sport. Dedans, deux millions d’euros. Que feriez-vous ? Vigo et Sylvain, eux, ont choisi.

 

Une chambre à soi de Virginia Woolf

Cet ouvrage rassemble une série de conférences sur le thème de la fiction et des femmes que Virginia Woolf prononça en 1928 à l'université de Cambridge. Ce vaste sujet a donné naissance à une toute autre question, celle du lieu et de l'argent, qui donne son titre à l'essai : "Une femme doit avoir de l'argent et un lieu à elle si elle veut écrire de la fiction." Cet essai propose une remise en perspective essentielle de la question de l'écriture et des femmes au sein de la littérature contemporaine.

 

 

Vendredi 14 décembre 2018 : la littérature des Antilles

Moi, Tituba sorcière... de Maryse Condé (Guadeloupe)

Fille de l'esclave Abena violée par un marin anglais à bord d'un vaisseau négrier, Tituba, née à la Barbade, est initiée aux pouvoirs surnaturels par Man Yaya, guérisseuse et faiseuse de sorts. Son mariage avec John Indien l'entraîne à Boston, puis au village de Salem au service du pasteur Parris. C'est dans l'atmosphère hystérique de cette petite communauté puritaine qu'a lieu le célèbre procès des sorcières de Salim en 1692. Tituba est arrêtée, oubliée dans sa prison jusqu'à l'amnistie générale qui survient deux ans plus tard.

Nuée ardente de Raphaël Confiant (Martinique)

Le 8 mai 1902, une gigantesque éruption volcanique détruisait Saint-Pierre, capitale de la Martinique. 30 000 personnes perdirent instantanément la vie, sauf un condamné à mort, Syparis, emprisonné dans un cul-de-basse-fosse. Tout un monde créole riche et coloré, fait d'affrontements sévères entre Grands Blancs, mulâtres et Noirs, d'amours violentes et d'amitiés tourmentées, de dur labeur et de festivités carnavalesques, disparaissait à jamais. Raphaël Confiant tente de le ressusciter au travers d'une fresque brûlante où l'on croisera des personnages aussi hauts en couleur que le négociant Dupin de Maucourt, le professeur de philosophie mulâtre Pierre-Marie Danglemont et sa bande de noceurs, Syparis, maître ès larcins, et l'énigmatique Lafrique-Guinée.

La Belle amour humaine de Lyonel Trouillot (Haïti)

A bord de la voiture de Thomas, son guide, une Occidentale nommée Anaïse se dirige vers un village côtier d'Haïti où elle espère retrouver les traces d'un père qu'elle a à peine connu et éclaircir l'énigme de son roman familial. Mais Thomas la prévient : l'issue de son enquête est hasardeuse tant ce village de pêcheurs est un véritable territoire de l'altérité, où les lois sont amicales et flexibles et les morts joyeux. Là-bas, l'humaine condition sait se réinventer sans cesse face aux appétits féroces de ceux qui, à la manière du grand-père d'Anaïse et de son complice en exactions, le "colonel", tous deux jadis mystérieusement disparus dans un incendie, cherchent à s'octroyer un monde qui appartient à tous. Dans ce roman qui prône un exercice inédit de la justice et une fraternité sensible entre les hommes, Lyonel Trouillot interroge le hasard des destinées qui vous font naître blanc ou noir, puissant ou misérable, ici ou ailleurs, au Nord ou au Sud. Un véritable coup de cœur pour la lectrice !

La Jarre d’or de Raphaël Confiant (Martinique)

Aux Antilles, au temps de l'esclavage, les riches planteurs békés craignant des révoltes enterraient leur fortune dans des jarres en un lieu tenu secret. Dans les années cinquante, le bruit courut qu'une de ces jarres contenait aussi des livres aux pouvoirs mystérieux. Ces livres semblent à portée de main d'Augustin Valbon. A moins qu'il ne s'agisse d'un mirage, ou d'une diablerie... Si elle est bien réelle, cette découverte pourrait changer le destin du jeune homme ! Car pour l'instant en rupture de ban avec sa famille bourgeoise, Augustin vivote dans le quartier mal famé des Terres-Sainville... Un roman très agréable, très vivant et drôle.

Lucy de Jamaica Kincaid (Antigue-et-Barbude)

Echappée à sa famille, à son île et à son passé, Lucy, une jeune Antillaise de dix-neuf ans, devient fille au pair dans un foyer bourgeois de New York. Avec une froideur quasi clinique, elle observe et dissèque son nouvel entourage tout en se confrontant à ses propres fantômes : un père qui ne l'a pas aimée et une mère pour laquelle elle éprouve autant de haine que d'amour. Et si elle s'accoutume peu à peu à ce climat jusqu'alors inconnu, son sentiment d'extranéité demeure. Absente au monde, tout entière obsédée par son trouble intérieur, hantée par ses origines, son sexe et sa couleur, elle ne voit d'issue qu'en l'écriture : une tentative de se parler à soi-même, comme l'aveu d'une profonde solitude.

 

Vendredi 26 octobre 2018 : la littérature russe

La Steppe d'Anton Tchekhov : paru en 1888, ce roman fut son premier grand succès littéraire. Cette "Histoire d'un voyage" nous conte un parcours initiatique, celui d'un jeune garçon quittant sa famille, son royaume d'enfance pour faire ses études dans un chef-lieu éloigné. Chemin faisant, il découvre la nature, la vie ! De paysages grandioses en évocations lyriques, de scènes intimistes en épisodes truculents ou cocasses, autant de pages enchanteresses nous révèlent certains traits déconcertants, parfois très attachants de ce qu'il est convenu d'appeler "l'âme russe". Un coup de ceour littéraire.

Vie et destin de Vassili Grossman : dans ce roman-fresque, composé dans les années 1950, à la façon de Guerre et paix, Vassili Grossman fait revivre l'URSS en guerre à travers le destin d'une famille, dont les membres nous amènent tour à tour dans Stalingrad assiégée, dans les laboratoires de recherche scientifique, dans la vie ordinaire du peuple russe, et jusqu'à Treblinka sur les pas de l'Armée rouge. Attention, une lecture très dure et très noire, qui retrace des faits bien réels de l'Histoire.

Le Train zéro de Iouri Bouïda : une gare perdue au fin fond de la Russie, dans la boue, le froid, les relents de chou et de vodka. Et toutes les nuits, un train qui passe… Nul ne sait d’où il vient, où il va, ni ce qu’il transporte. Dans ce no man’s land isolé du reste du monde vivent des gens qui aiment, espèrent, tuent et meurent, empoisonnés par l’attente d’une réponse qui ne vient jamais, par un mystère qu’il leur est interdit de chercher à connaître sous peine de mort. On y trouve toute la déliquescence de l'Union soviétique. Angoisse, doute, on vogue aussi entre mystère, rêve et réalité abrupte et cruelle.

Enterrez-moi sous le carrelage de Pavel Sanaïev : interdiction de suer, de quitter son collant, d'avaler tout rond ! Bienvenue dans le monde de Sacha, neuf ans, élevé par sa grand-mère moscovite. Mélange explosif de folie douce et d'amour écrasant, cette redoutable vieille femme veille sur son petit-fils, tout en le couvrant d'injures et en le gavant de médicaments. Au tableau familial, un grand-père prié de ne pas contredire et une mère déclarée persona non grata ! Sacha n'a guère d'autre choix que d'attendre et obéir. Imaginant d'improbables vengeances, il guette l'instant où le rêve basculera dans la réalité. Un grand roman de l'absurde aux accents gogoliens.

Un si bel amour de Ludmila Oulitskaïa : encore une fois, il s'agit d'un coup de coeur pour la lectrice. C'est une analyse de l'amour sous toutes ses coutures dans sept nouvelles. Ludmila Oulitskaïa décrit le monde de l'enfance et de l'adolescence, ces moments de passage où la sensualité s'éveille et où le sentiment amoureux se construit, selon des lois mystérieuses qui échappent à la raison. La cruauté n'est pas absente de ces nouvelles, comme pour confirmer l'adage selon lequel les histoires d'amour finissent toujours mal, et Oulitskaïa excelle dans l'art de camper un monde en quelques lignes, tantôt ironiques tantôt nostalgiques.

Le Cauchemar d'Alexandre Marinina : belle hôtesse d'accueil de 26 ans, Vika a été tuée dans les bois de Saviolov. Elle buvait, couchait beaucoup, disparaissait des jours entiers et affirmait qu'on lui avait " volé " un cauchemar. D'après son amant, Boris Kartachov, un psychiatre allait l'interner. Mais comment le croire alors que le psychiatre déclare n'avoir jamais vu la jeune femme ? L'inspectrice Anastasia Kamenskaïa s'apprête à mener l'enquête. C'est une sorte de polar type "cold case", la lecture est fluide et entraînante.

 

Vendredi 30 mars 2018 : les histoires d'amour

Possession d'Antonia Susan Byatt : Ce roman a remporté le Man Booker Prize de 1990. Lorsque le professeur Roland Mitchell tente, en 1986, de reconstituer la relation entre les poètes victoriens Randolph Henry Ash et Christabel LaMotte, il met le doigt dans un engrenage de passions et d'intérêts qui s'avèrent dépasser très largement le cadre de ses recherches. Une étrange assemblée de chasseurs et de personnages en quête d'auteurs entreprend alors de faire la lumière sur ces amours clandestines... Entre rétention de documents et viol de sépulture, secrets bien gardés et enveloppes cachetées, contention d'esprit tout universitaire et conspiration de confédérés, le roman d'A. S. Byatt séduit avant tout par son aspect de très convaincant pastiche de la littérature du XIXe siècle. Il est quelquefois des lectures qui font palpiter : Possession appartient à cette catégorie.

La blessure et la soif de Laurence Plazenet : un roman historique avec une superbe écriture, qui oscille entre une histoire d'amour et un long poème mystique. La Fronde bouleverse la France. La dynastie des Ming, en Chine, meurt. Deux hommes, passionnément, aiment des femmes qu'ils tremblent de perdre. L'un est français, l'autre chinois. Dans le chaos, ils cherchent la vérité et la justice. Mais c’est l’amour fou, Dieu et le Vide qui auront raison des continents entre eux.

Le liseur du 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent : employé discret, Guylain Vignolles travaille au pilon, au service d'une redoutable broyeuse de livres invendus, la Zerstor 500. Il mène une existence maussade mais chaque matin en allant travailler, il lit aux passagers du RER de 6h27 les feuillets sauvés la veille des dents de fer de la machine... Dans des décors familiers transformés par la magie des personnages hauts en couleurs, voici un magnifique conte moderne, drôle, poétique et généreux : un de ces livres qu'on rencontre rarement. Une superbe lecture, un très bon moment !

L’Orage de Régine Deforges : un jeune homme découvre, vingt ans après les faits, le journal dans lequel sa tante, racontait sa vie intime. L’histoire d'une jeune femme qui aimait son époux à la folie et qui, refusant d’admettre sa mort, se comporta alors comme s'il était toujours en vie, s'offrant à d'autres pour mieux se donner à lui. Ambiance violente et folie latente qui peuvent ne pas plaire à tout le monde.

Le Montespan de Jean Teulé : au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C'était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan... Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu'il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l'homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, emprisonnements, ruine ou tentatives d'assassinat, il poursuivit de sa haine l'homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme... Une histoire d’amour extraordinaire.

Le Liseur de Bernhard Schlink : une belle histoire, mais triste : à quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance, en rentrant du lycée, d'une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant. Pendant six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l'un de leurs rites consiste à ce qu'il fasse la lecture à haute voix. Cette Hanna reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain. Sept ans plus tard; Michaël assiste, dans le cadre de ses études de droit, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hanna parmi elles. Un roman qui nous touche en plein cœur.

Orgueils et préjugés de Jane Austen : c'est le plus connu des six romans achevés de Jane Austen. Son histoire, sa question, est en apparence celle d'un mariage: l'héroïne, la vive et ironique Elizabeth Bennett qui n'est pas riche, aimera-t-elle le héros, le riche et orgueilleux Darcy ? Si oui, en sera-t-elle aimée ? Si oui encore, l'épousera-t-elle ? Mais il apparaît clairement qu'il n'y a en fait qu'un héros qui est l'héroïne, et que c'est par elle, en elle et pour elle que tout se passe. La condition féminine est très bien analysée dans cette bourgeoisie anglaise du 19e siècle.

 

Vendredi 26 janvier 2018 : la littérature italienne

L'amie prodigieuse tomes 1, 2 et 3 d'Elena ferrante : à l'unanimité, ces romans ont été les coups de coeur de la sélection sur la littérature italienne. Dans un style romanesque, intéressant et très prenant, on y découvre la vie de deux enfants dans le Naples pauvre et populaire des années 1950. La jeune Lila abandonne l'école pour travailler dans l'échoppe de cordonnier de son père, tandis qu'Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Leurs destins ne cesseront de se croiser et de s'éloigner au fil des pages.

Le Baron perché d'Italo Calvino : on se régale avec ce concentré d'humour et de traits d'esprit ! Monté à douze ans dans les arbres, Côme, baron du Rondeau, décide de ne plus jamais en descendre. Nous sommes en 1770. Des années plus tard, toujours perché, il séduira une marquise fantasque et recevra Napoléon en grande pompe.

Quand le requin dort de Milena Agus : dans une ambiance oppressante truffée de non-dits, on découvre un père entiché de voyages lointains, une mère perdue devant la vie, une tante plongée dans des amours sans lendemain, un frère sourd à tout sauf à son piano. Celle qui décrit l’étrange et attachante ambiance familiale, avec une impassible candeur, est une adolescente engluée dans une liaison inavouable…

Trois fois dès l'aube d'Alessandro Baricco : trois nouvelles plaisantes à lire, trois histoires nocturnes qui se concluent à l'aube et qui marquent, chacune à sa façon, un nouveau départ.

Soie d'Alessandro Baricco : c'est l'oeuvre la plus connue de l'auteur. Il a obtenu le prix Relais des Voyageurs en 1997. Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour part au Japon. Entre les monts du Vivarais et le Japon, c'est le choc de deux mondes, une histoire d'amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables.

L'amour conjugal d'Alberto Moravia : poétique, très bien écrit et simple à lire, ce roman analyse ici le mariage, au travers des yeux de Silvio Baldeschi, le narrateur qui se définit comme un esthète. Il a très peur de perdre sa femme, et la jalousie s'immisce peu à peu dans le couple...

Toutes nos mères de Margherita Giacobino : Margherita, la narratrice, est née fille dans une famille de femmes, elle représente l’avenir et la continuité… Une histoire qu’elle explore pour retrouver les êtres aimés : au premier rang se tient Ninin, origine et archétype, entourée de ses soeurs Maria, Margherita et Michin. Une porte ouverte sur la sociéte italienne des années 1950 à 1980.

 

Vendredi 27 octobre 2017 : la littérature danoise

Les contes d'Andersen, éditions Gallimard

Le Prix à payer de Lotte et Soren Hammer, éditions Actes Sud

Chienne de vie de Helle Helle, éditions Le Serpent à plumes

La Ferme africaine de Karen Blixen, éditions Gallimard

La maison de mes pères de Jorn Riel, éditions Gaïa

 

 Vendredi 30 juin 2017 : le polar au féminin (les auteures de polar)

Où es-tu maintenant ?, Mary Higgins Clark, éditions Albin Michel

⇒ L’impasse, Aurélie de Gubernatis, éditions Héloïse d’Ormesson

⇒ L’Invité de la dernière heure, Charlotte Link, éditions Presses de la Cité

⇒ Requiem pour une cité de verre, Donna Leon, éditions Calmann-Lévy

⇒ Trompe-l’œil, Patricia Cornwell, éditions Des Deux terres

 

Vendredi 24 février 2017 : les romans adaptés au cinéma

La Jeune fille à la perle, roman de Tracy Chevalier adapté en 2003 au cinéma par Peter Webber

L'Elégance du hérisson de Muriel Barbery, adapté en 2009 au cinéma par Mona Achache

Cartographie des nuages, roman de David Mitchell adapté au cinéma par Tom Tykwer en 2012

Une Vie de Guy de Maupassant, adapté plusieurs fois au cinéma, et notamment en 2016 par Stéphane Brizé

La Ballade de l'impossible de Haruki Murakami, adapté au cinéma en 2011 par Tran Anh Hung

Le Parfum, roman de Patrick Süskind, adapté au cinéma en 2006 par Tom Tykwer

Frankenstein de Mary Shelley, adapté plusieurs fois au cinéma, notamment en 1994 par Kenneth Brannagh

Vendredi 16 décembre 2016 : les prix Nobel

⇒ Imre KERTESZ : Le Chercheur de traces

⇒ Doris LESSING : Les Grands-Mères

⇒ Orhan PAMUK: Neige

⇒ Jean-Marie Gustave LE CLEZIO : Hasard

⇒ Gao XINGJIAN : La Montagne de l’Âme

 

 Vendredi 28 octobre 2016 :  les auteurs chinois

Chemins de poussière rouge de Ma Jian

La Belle à dos d’âne sur la route de Chang’an de Mo Yan

Le Dit de Tianyi de François Cheng

Le Complexe de Di de Dai Sijie

Les bonbons chinois de Mian Mian

Le Village englouti de Jia Pingwa

Le pousse-pousse de Lao She

Trois vies chinoises de Dai Sijie

Plus toutes les suggestions que vous pourriez apporter…

Identification

Identification OPAC

Facebook image retrouvez nous

 

 

 

 

Prix Jeune Mousquetaire

logo-prix-litteraire

Les photos de Raymond Bois sur Flickr

250-2

 

 

 

 

 

 

 

Ressources numériques

VISUEL Ressources Num

Identifiez-vous et cliquez.

Recherche rapide (catalogue collectif)

Aide

Livres comme l'air

livres comme lair

Carte des bibliothèques Nogaro

Aubiet, Endoufielle, L’Isle-Jourdain, Lombez, Masseube, Monferran-Savès, Pavie, Pujaudran, Samatan, Saramon, Ségoufielle, Seissan, Simorre Marciac, Mirande, Montesquiou, Plaisance, Villecomtal-sur-arros Fleurance, Lectoure, Mauvezin, Saint-Clar, Sarrant Eauze, Castelnau-d’Auzan, Cazaubon, Condom, Lagraulet-du-Gers, Le-Houga, Nogaro, Panjas, Riscle, Vic-Fezensac, Viella