texte-personnalisé

logo bdp32

  M E D I A G E R S

 

rss Gers2015 page de garde

 

 

 

Monsieur le Président

  • Imprimer
  • E-mail

monsieur le presidentDOCUMENTAIRE "épistolaire"

de Jeanne Marie Laskas

trad. de Tilman Chazal

Si j’étais président…

Lire des lettres à l’heure de la « com’» numérique ? Franchement, qui écrit encore des lettres aujourd’hui ?

Pourtant chaque soir, pendant ses huit années de mandat, le président Obama a lu et répondu personnellement à une sélection de lettres écrites par ses concitoyens, entretenant ainsi une forme de  dialogue direct, à l’époque où la politique n’excluait pas encore l’empathie au sein de la  Maison-Blanche.

La circulation des armes, le système de santé, la crise financière surtout, des requêtes, des appels au secours mais aussi des constats, désabusés ou au contraire plein d’optimisme, des reproches ou des encouragements, où le président est à la fois le père, le fils, le frère, le voisin, ces lettres étaient l’expression sans fard de la Nation américaine et ont contribué, aux dires de tous les protagonistes du récit, à façonner les deux mandats du président Obama.

Et ces collaborateurs sont nombreux. En plus de nous donner à lire une sélection émouvante de ces missives, la journaliste Jeanne Marie Laskas nous raconte la création de toutes pièces du service du courrier de la Maison-Blanche, service moribond sous les administrations précédentes, mais devenu vital après la première élection d’Obama qui déclenche un raz-de-marée de courriers.

Un service où une multitude de « petites mains », investi de sa mission qu’elle juge essentielle, lit, trie, classe, suggère, relit, code, annote et sélectionne les milliers de lettres journalières, pour au final en retenir dix. Pourquoi dix ? C’est un choix du président lui-même : c’est ce qu’il pense pouvoir lire chaque jour, et ce en restant concerné par chacune d’entre elles.

Récits poignants comme ce citoyen dont la famille est touchée de plein fouet par la crise mais qui ne veut pas d’argent, non, « ni pour la voiture, ni pour un smartphone », qui veut simplement « rentrer chez lui et voir ses parents rire comme avant ». Ou au contraire une lettre cocasse de Kenny qui envoie son travail scolaire à Barack Obama pour correction car on lui a dit « que vous étiez fort en orthographe »

Au-delà de l’émotion, c’est la photographie d’une nation à une époque charnière de son histoire…

P.P.

Identification